PAIT Hauts-de-France, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Témoignages > Rémi, repreneur familial, coopérateur, produit des légumes

Rémi, repreneur familial, coopérateur, produit des légumes

Flux RSSImprimer la page

Rémi a repris l’exploitation familiale en 2005. Il cultive des céréales, des betteraves, des pommes de terre et des poireaux sur une surface de 44 ha. Rémi y travaille avec sa femme ainsi que 4 à 6 saisonniers au moment du repiquage et 2 à 3 saisonniers lors de la récolte. Il commercialise ses poireaux via la coopérative Sipenord.

« Devenir agriculteur, ce n’est pas qu’une passion, il faut aussi pouvoir en vivre »
« J’ai repris l’exploitation familiale après avoir travaillé trois ans au service de remplacement dans le Nord. J’ai passé un bac général puis un BTSA ACSE. C’est vraiment à ce moment que j’ai choisi mon orientation professionnelle mais mon installation s’est décidée tardivement, je n’étais pas forcément né pour être agriculteur.

« Il faut souvent se remettre en cause, mais c’est le cas dans toute activité professionnelle. »
Au départ j’ai voulu ajouter une production supplémentaire, la salade 4°gamme, mais très vite je me suis aperçu que la rentabilité n’était pas au rendez vous, alors j’ai arrêté et nous avons développé la production de poireaux que mon père faisait déjà avec la coopérative et on a doublé la surface.


Ce n’est pas facile tous les jours, surtout la gestion du personnel, aujourd’hui avec le recul je suis plus pragmatique. Faire des légumes c’est plus enrichissant que faire des céréales, on va plus loin avec le produit, ça permet d’avoir des contacts, des relations et de discuter avec nos partenaires. »


Son père, Claude, évoque également la transmission de l’exploitation.

« On a quitté le corps de ferme pour vivre notre retraite sereinement, plutôt que de vivre accroché à la ferme. Je viens quand il me le demande, sans m’imposer, le patron c’est lui.»
 « Je ne pensais pas céder à Rémi. Les dernières années, aucun investissement de modernisation, de mise aux normes pour les vaches laitières n’a été fait…on ne pensait pas que notre fils allait reprendre. Et puis un an avant ma retraite Rémi nous a dit « je ne vais pas toujours travailler pour les autres, je vais reprendre l’exploitation ». Ca a été un grand soulagement, nous étions contents et satisfaits. C’est la 4° génération des Jourdin dans la ferme, ça compte, et puis c’était plus facile de céder à un enfant.


A la fin de notre carrière, et avec l’âge, ma femme et moi nous étions fatigués, nos conditions de travail étaient de plus en plus difficiles, il était temps de passer la main. On avait besoin de souffler et de profiter de la vie. »

« Il faut rester actif à la retraite, trouver des occupations et continuer à s’investir sur l’exploitation si la volonté est partagée. »

Extrait de « Filière fruits et légumes : Regards croisés jeunes installés – cédants » à télécharger ci-contre.

Retrouvez également le témoignage de Rémi dans la vidéo « Choisir la coopération agricole, pourquoi pas vous ? » :