PAiT Hauts-de-France, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > S’associer pour s’installer et pour transmettre

S’associer pour s’installer et pour transmettre

Flux RSSImprimer la page

Depuis une trentaine d’années les formes sociétaires progressent en agriculture. Elles semblent correspondre aux attentes actuelles des agriculteurs et répondre aux enjeux de production de l’agriculture de demain.

S’installer en société c’est regrouper des moyens pour améliorer ses conditions de travail, pouvoir diversifier les activités de l’exploitation, bénéficier de la dynamique d’un groupe et partager les capitaux afin de financer plus facilement un investissement, une installation... Mais c’est aussi une aventure humaine !

Transmettre en société,on en parle peu. Pourtant, quand un des associés part à la retraite, son départ chamboule forcément l’organisation en place, et cela, même en famille ! La dynamique de groupe est modifiée : on perd des compétences, il faut revoir son organisation du travail et du temps libre, peut-être racheter des parts sociales et s'endetter à nouveau… Remplacer l’associé sortant par un nouvel associé est une solution à envisager*.  Mais il faut oser ! C’est vrai,cela implique de faire confiance  à une personne dont on ne connaît pas, au début, ses compétences, ses facultés d'intégration dans un groupe etc. Alors on ne se lance pas dans ce changement sans réflexion : cette aventure se prépare et se teste.

Oser travailler en société : Benoît François, Loic Soubirous et leurs associés du GAEC de l’Ancien moulin(62) l’ont fait.

Au départ à la retraite d’un des leurs, les associés du GAEC ont fait rentrer deux jeunes dans le groupe. Loïc, jeune « hors cadre familial », a travaillé avec Benoît François sur l’atelier laitier comme salarié pendant 6 mois. Puis il a été intégré comme associé. Il a pu démontrer sa motivation, ses compétences au travail et s’intégrer dans le groupe tout en participant aux décisions stratégiques. Cette aventure humaine n’est pas toujours évidente, aussi la société s’est faite accompagner par un coach indépendant membre du réseau d’experts « Agriculture Sociétaire ».« Ce travail à permis de cerner nos valeurs, nos motivations et nos freins avant de se lancer. J’étais déjà marié, j'avais un enfant, je ne voulais pouvoir être présent pour ma famille. C’est donc pour cela que le GAEC m’a plu » précise Loïc. Et il est vrai, c’est aussi une manière de pouvoir s’installer plus facilement « car il est difficile d’obtenir des prêts hors cadre familial si l’on n’est pas fils d’agriculteur » ajoute t-il.

Quels sont les facteurs de réussite d’une association sur les aspects humains ?

On s'accorde à dire qu'il y en a cinq :

  • Vérifier que les personnalités des associés s’accordent : connaitre les motivations et les freins de chacun et les accepter.
  • Construire un projet commun : un cap pour l’entreprise partagé par tous
  • S’organiser par un contrat entre les associés, et des règles de fonctionnement
  • Trouver un système de communication entre les associés qui fonctionne
  • Pour tout cela, un des moyens est de se former et/ou d’être accompagné

 

Quels sont les enjeux en Hauts de France ?

  • Sur les prochaines années, c’est 1000 agriculteurs qui partiront en retraite chaque année (MSA, 2016)
  • 39 % des exploitations sont sous forme sociétaire (MSA, 2014)
  • 65% des installations aidées  se réalisent en société (Chambres d’agriculture des Hauts de France, 2016)


*Bien sur, d’autres solutions existent : prendre un salarié, simplifier le travail, faire appel à des entreprises de travaux extérieures… Quel que soit le choix final,  le départ d’un associé ne doit pas être pris à la légère et peut être accompagné par l’un des experts du réseau « Agriculture Sociétaire ».